L’abdominoplastie est l’intervention chirurgicale visant à embellir le ventre, mais ses vertus semblent dépasser le seul bénéfice esthétique. Une étude récente suggère que la plastie abdominale pourrait améliorer le quotidien des jeunes mamans. Suite à un accouchement difficile ou après plusieurs grossesses, la femme peut souffrir de douleurs dorsales et d’incontinence. Dans le cadre d’une abdominoplastie, toutes ces complications peuvent être soulagées par un travail chirurgical sur muscles abdominaux.

Chirurgie abdominale : une intervention à visée esthétique et fonctionnelle

L’abdominoplastie corrige les disgrâces localisées dans la région ventrale. A cet effet, la plastie de l’abdomen comporte trois volets :

  • Le retrait de la graisse localisée par liposuccion
  • Le remodelage de la peau en excès
  • Le resserrement des muscles abdominaux disjoints

Contrairement à ce qu’on pourrait penser, le lifting du ventre n’est pas toujours une opération purement esthétique. En effet, l’exérèse de la peau excédentaire peut être envisagée dans le cadre d’une chirurgie réparatrice (après une chirurgie bariatrique ou une importante perte de poids). Toutefois, parmi les 3 interventions citées plus haut, c’est la remise en tension des muscles qui apporte le plus de bénéfices fonctionnels.

La correction des muscles abdominaux diminue l’incontinence urinaire et soulage le mal de dos

Au-delà de l’aspect inesthétique qu’il occasionne, le relâchement musculaire au niveau de l’abdomen peut induire plusieurs complications. Les douleurs à l’effort, la dorsalgie, l’incontinence ou encore les descentes d’organes figurent parmi les nombreux troubles associés à l’écartement des muscles abdominaux, particulièrement aggravées après l’accouchement. D’après une étude publiée dans la revue Plastic and Reconstructive Surgery, la plastie abdominale contribue à soulager ces complications.

Une étude australienne confirme les bénéfices fonctionnels de l’abdominoplastie

Menée auprès de plusieurs établissements de chirurgie plastique en Australie, l’étude a porté sur 214 patientes ayant subi une abdominoplastie. Tous les sujets de cette étude ont donné naissance à un enfant au moins une fois. Leur moyenne d’âge est de 42 ans, et chacune compte 2.5 environ accouchements à son actif. Pour surveiller l’évolution de certains troubles chez les patientes, les chercheurs leur ont fourni un questionnaire à remplir avant et après l’abdominoplastie. Ainsi, avant leur plastie abdominale, 51% d’entre-elles ont signalé un mal de dos, tandis que 42.5% souffraient d’incontinence urinaire. Six mois après leur abdominoplastie, seulement 9% étaient encore gênées par les douleurs dorsales, et moins de 2% étaient préoccupées par leur incontinence. Même si l’étude ne nous en dit pas plus, l’abdominoplastie pourrait bien améliorer d’autres symptômes post-accouchement.

 

La plastie du ventre est encore considérée, injustement, comme une intervention chirurgicale purement esthétique. A ce titre, son remboursement par l’Assurance Maladie n’est possible que sous plusieurs critères (tablier abdominal, correction des séquelles de l’obésité). En démontrant les bénéfices fonctionnels indéniables de l’abdominoplastie, cette étude pourrait bien faire bouger les choses.